Comment contrer le duplicate content ?

Le duplicate content est un facteur négatif dans le référencement SEO. Par exemple, il peut s’agit de plusieurs URLs avec le même contenu. Les moteurs de recherche, comme Google, considèrent ceci comme un abus de la part du gérant du site Internet (c’est-à-dire la volonté de faire comme si le volume de pages était plus important).

Le duplicate content est un risque au niveau de la position dans les recherches (une sanction peut entrainer une baisse d’audience) et une mauvaise e-réputation :

  • Popularité : elle est distribuée entre plusieurs urls au lieu de se concentrer sur une seule adresse.
  • Positionnement : les moteurs de recherche, comme Google, peuvent pénaliser le site Web en termes de position dans les résultats de recherche.

Si vous êtes victime de pénalité, résoudre un cas de duplicate content n’est pas obligatoirement compliqué. En général, il s’agit de créer des redirections de type 301 et/ou un fichier robots.txt (selon les cas).

Il existe différentes techniques pour identifier un duplicate content

En voici quelques-unes :

  • Cas classique : si votre site web ne dispose pas de sous nom de domaine, naviguez en utilisant d’une part l’adresse avec « www » et sans « www ». Si vous pouvez naviguer sans constater de redirection, vous serez face à un problème de duplicate content.
  • La page d’accueil fait souvent l’objet d’un duplicate content. Rendez-vous sur la page d’accueil de votre site web de plusieurs façons (en saisissant l’adresse de votre site, en cliquant sur les liens pointant vers votre page d’accueil sur votre site comme le logo, etc.), vous serez alors en mesure de constater si votre page d’accueil existe sous différents urls, sans redirection, constituant un cas de duplicate content.
  • Mettre en ligne un même site web sous plusieurs noms de domaines, représente un cas de duplicate content. L’audit de votre système web peut vous permettre d’identifier qu’au moins deux sites présentent des pages similaires (au moins 70 %). Envoyer une requête contenant quelques lignes de contenus d’une page dans un moteur de recherche peut vous permettre d’identifier les pages concernées.
  • Si vous disposez d’une pré-prod, il convient de s’assurer que les pages de pré-prod ne soient pas indexées par les moteurs de recherche. L’insertion par mégarde de liens pointant vers les pages de pré-prod sur son site officiel peut entrainer l’indexation des pages de pré-prod. Les moteurs de recherche connaissent donc deux urls différents pour une page similaire, se traduisant par un duplicate content.
  • Autre moyen de repérer un duplicate content : utilisez le service Google Webmaster Tools et consultez la liste des urls portant le même title. Derrière cette liste d’urls peuvent se cacher des cas de duplicate content.

Blacklistage et pénalisation de site internet sur Google

Pour améliorer la performance et la qualité de ses contrôles sur les facteurs de création de site web et de son développement, Google met au point des nouvelles méthodologies pour faire évoluer ses algorithmes. Pour cela, le moteur de recherche créée des outils, en particulier des filtres comme : Google Panda & Google Penguin.

Comment protéger son site de la pénalisation Panda ?

Le système de filtre de Google panda se concentre en général sur le contenu. Afin de mieux protéger son site Internet, il est crucial de créer des pages avec un bon contenu. Il peut s’agir d’un blog, créer un contenu qualitatif, mais également compréhensible pour les robots de Google (Googlebot) ainsi que les utilisateurs.

Il est important de réfléchir à la stratégie avant de créer un site Internet, il faut réfléchir au contenu à la fois original et qualitatif, éviter ainsi le paraphrasage ou copie d’une page existante sur autre site Web. De même, la présence excessive de publicité n’est pas conseillée, il faut la remettre en second plan.

Il est également important de trouver des solutions techniques pour optimiser le temps de chargement de chaque page. Pour cela, il faut essayer d’enlever tout ce qui peut faire blocage au chargement et sans suroptimiser les mots-clés du site Internet. Cela requiert un savoir-faire qui nécessite l’expérience d’un expert.

Comment protéger son site de la pénalisation Penguin ?

Penguin est également un algorithme qui sert de filtre pour le référencement de tous les sites en fonctions de méthodes et règles de référencement SEO.

Pour de protéger de ce risque de pénalité, il est essentiel d’établir des liens entre des sites Internet de même thématique, en vérifiant leur notoriété/qualité (liens entrants et sortants). Il est également important de réaliser un maillage interne de son site. Enfin, il faut éviter de faire des liens vers des sites Internet possiblement blacklistés. Pour cela vous pouvez faire appel à des outils en ligne ou à un expert du référencement naturel SEO.

Pourquoi de former pour créer son site internet ?

La création d’un site internet représente un investissement très rentable pour toute activité économique et toute entreprise. Et pourtant, mal géré et/ou mal créé, un site Internet peut nuire durablement à la réputation et à la performance du propriétaire de site : il s’agit de l’e-réputation.

Pour éviter les risques de pénalité, le travail commence avant la réalisation par l’optimisation de votre stratégie lors de l’étape de création. C’est pour cela qu’il est préférable de faire appel à un expert du SEO comme l’équipe de WebAudit qui est habitué à ces pratiques SEO et aux règles du moteur de recherche de Google.

Est-ce que Facebook pourrait devenir une alternative au moteur de recherche de Google ?

C’est un titre qui pourrait provoquer dans le milieu du SEO. Il est vrai que Facebook peut être considéré dans ce milieu comme la 5e roue du carrosse en termes de référencement naturel.

Et pourtant ! Une étude de Forrester vient d’être publiée et révèle que les réseaux sociaux se trouvent être une source alternative pour trouver des sites Internet, avec 34 % de mentions pour les réseaux sociaux, soit en progression de 7 %, et 54 % pour les moteurs de recherche classiques en 2020.

 

Facebook est déjà présent dans les recherches avec Bing

Le moteur Bing utilise les données de Facebook dans ses résultats de recherche. De plus, il est à noter que Microsoft détient des actions de Facebook. Pourquoi ce rapprochement ? Le projet est d’utiliser les résultats sur les « Likes » et d’utiliser la popularité d’un lien qui ne serait pas basé sur le nombre de liens, mais le nombre de likes.

Le moteur de recherche de Facebook est toujours en version Beta, mais on peut imaginer que les états-majors de Facebook peuvent se frotter les mains, car le marché est en train d’évoluer en faveur des réseaux sociaux.

 

44 % des internautes anglophones sont prêts à passer de Google à Facebook

Selon une étude réalisée en Angleterre, avec des données assez proches que celles que l’on pourrait obtenir en France, 44 % des internautes seraient susceptibles de changer de moteur de recherche. En effet, 87 % du marché est détenu par Google en Angleterre, soit un taux similaire en France.

Facebook, fort de milliards d’abonnés, bénéficie d’une visibilité majeure, non seulement parmi les plus visités, mais aussi sur lequel les internautes passent le plus de temps. Si demain, 350 millions de personnes décident d’utiliser Facebook pour leurs recherches, Google devra à se poser des questions, à moins que cela ne soit déjà le cas…

Pourquoi vous enregistrer sur Google Maps ?

Google Maps est le canal de visibilité qui monte en France et dans le monde ! quelles sont les raisons de ce succès ? En réalité cela tient de plus en plus au monopole de Google, le moteur de recherche N° 1 en France utilisé par près de 97 % des utilisateurs de l’Internet français. Il y a eu de nombreux concurrents tels que yahoo, lycos ou encore d’autres qui ont quasiment disparu. Aujourd’hui seul Bing arrive à opposer une faible concurrence avec 2 % du marché. Les autres moteurs de recherches se partage le dernier pourcent.

Dans ce contexte, il faut miser sur Google pour votre visibilité sur Google ! Ceci est essentiel pour vous permettre d’être non seulement visible, mais d’être tout simplement un acteur existant dans votre secteur. La question n’est plus « pourquoi ? », mais « Comment ne pas faire autrement ? »

Qu’est ce que Google my Business ?

Vous pouvez créer une fiche établissement sur Google my Business en quelques minutes. L’inscription est gratuite et vous pouvez faire partie du plus grand annuaire local de France grâce à Google.

Quelle est la place de Google Maps dans le moteur de recherche de Google ?

Lorsque vous saisissez un mot-clé ou une combinaison de mots-clés comme « Taxi Paris », le moteur de recherche vous classe les résultats en fonction de 3 canaux :

  • Les annonces payantes de Google gérées par la régie de Google Ads
  • Les entreprises les plus pertinentes dans votre secteur (en général les 3 premiers résultats de Google Maps)
  • Les sites Internet avec référencement naturel, c’est le cœur même de Google et sa première raison d’être

Par voie de conséquent, si vous voulez trouver de nouveaux clients dans votre secteur de chalandise, il est indispensable d’être présente sur Google Maps.

Quelle est la logique du référencement de Google ?

Lorsqu’un utilisateur fait une recherche locale (par exemple pour un restaurant gastronomique, une pizzeria, un fleuriste ou une pharmacie, etc.), alors les algorithmes de Google vont prendre plusieurs facteurs pour hiérarchiser les résultats sur votre écran :

  • La distance entre votre localisation et les services proches
  • La pertinence du résultat en fonction des mots-clés et de la catégorie de l’entreprise
  • La qualité du service proposé (avis clients, recommandation, etc.)
  • La notoriété de l’entreprise, en fonction de l’ancienneté, mais également des différents liens entre votre entreprise, son site Internet, et ses références en ligne

Pour conclure, vous n’avez plus le choix, vous devez être sur Google Maps ! Mais pour une introduction réussie, vous devez avoir la logique « référencement » pour que votre présence ne soit pas passive, mais active, et génératrice de nouveaux clients.

Comment inscrire votre activité sur Google Maps & Google my Business ?

Comme vous pouvez le constater, Google Maps prend de plus en plus de place dans la stratégie de visibilité locale. C’est ainsi un moyen et un levier important pour vous permettre d’augmenter votre visibilité et par voie de conséquence le chiffre d’affaires de votre entreprise. C’est dans le cadre de cette stratégie que nous allons étudier en détail dans cet article comment créer votre visibilité sur Google Maps et l’optimiser sans suroptimiser pour éviter tout risque.

Quelle est la différence entre Google Maps et Google My business ?

Google Maps est la régie de Google en charge de la gestion de la carte de Google. C’est l’outil que vous utilisez par exemple pour vous géolocaliser ou bien calculer un itinéraire ou encore mieux l’utiliser en tant que GPS. Google Maps s’occupe donc de la map et de référencer les différentes entreprises, associations et activités sur celle-ci. Google My Business est quant à lui un service de création et de gestion d’une fiche entreprise, laquelle sera référencée sur les moteurs de recherche de Google et de Google Map.

Pourquoi vous référencer sur Google Maps en plus de Google ?

En réalité il s’agit de 2 canaux différents et complémentaires. Voici l’ordre d’apparition des résultats de Google en fonction des recherches sur le célèbre moteur de recherche :

  • Google Ads : la régie de publicité payante sur Google
  • Google Maps : en général les 3 fiches Google My Business les mieux référencées
  • Google : référencement naturel des sites Internet en fonction de la pertinence.

Comme vous pouvez le constater, c’est pour cette raison qu’investir dans Google Maps/Google my Business n’est pas seulement stratégique, mais crucial.

Quelles sont les étapes pour la création d’une fiche Google my Business ?

Nous allons dans cet exemple créer une entreprise fictive spécialisée dans l’artisanat du métal : « La Manufacture Dijon ». Nous allons voir étape par étape avec des captures écrans pour encore plus de visibilité.

Étape 1 : Connexion à votre compte Google My Business

Vous devez vous connecter à la page https://business.google.com/ en prenant soin d’avoir créé préalablement un compte Gmail. En effet, dans le système Google tout est lié. Ainsi, avec votre un profil utilisateur vous pouvez accéder à de nombreux services comme la messagerie, le Cloud de Google (Google Drive), YouTube et ce qui nous intéresse : Google my Business.

Étape 2 : Recherche si votre établissement est déjà enregistré sur Google Maps

Google Maps est un outil participatif. De ce fait, il se peut que votre entreprise ait déjà été créée de façon automatique par croisement d’informations, ou bien via d’autres utilisateurs. C’est pour cela que dans un premier temps, vous devez rechercher si votre entité a déjà été enregistrée sur Google Maps.

Il est important d’avoir en tête que Google fait la chasse aux doublons, c’est-à-dire aux entreprises inscrites plusieurs fois de façon volontaire ou non. En effet, il arrive que certaines entreprises, pour mieux être visibles, se créent plusieurs fiches. Et cela nuit à la qualité des informations disponibles sur le moteur de recherche. De ce fait, Google met en place de nombreuses stratégies en amont et en aval afin de faire la chasse à ces pratiques. Pour éviter ce risque et toute sanction de Google, il est crucial de vérifier en amont qu’il n’y ait pas de doublon.

Étape 3 : Quel est le nom de votre établissement ?

Dans cette tierce étape, vous devez renseigner le nom de votre entreprise. Vous vous demandez quel nom indiquer ? La dénomination juridique ? Le Nom commercial ? Un nom contenant des mots-clés pour optimiser ? Vous trouverez ici quelques renseignements fort utiles pour définir au mieux le nom de votre entité sur Google Maps.

Il faut qu’il y ait une cohérence entre vos différents supports de communication, c’est-à-dire le site Internet, vos cartes de visite, et tout autre moyen numérique ou non que vous utilisez. Le nom doit refléter la réalité de votre entreprise et la dénomination qui est connue de vos clients.

Pourquoi ne pas suroptimisez le nom avec des mots-clés ? Si le nom contient déjà des mots-clés, cela est autorisé, en revanche, si ce n’est pas le cas, cette pratique est non conseillée par Google my Business. Cela peut aller de la pénalité de référencement à la suppression de la fiche pour non-respects des conditions d’utilisation. Dans tous les cas, cette pratique, quoi qu’utilisée sur la toile, ne nous voilons pas la face, représente un risque sur du court, moyen ou long terme. Il est préférable d’avoir des pratiques naturelles pour miser sur le développement de votre activité sur la durée.

Étape 4 : Sélectionner la catégorie qui décrit le mieux votre activité

Il s’agit d’une étape importante qui va influer sur votre visibilité. Vous devez choisir avec la plus grande rigueur votre catégorie principale. Petite parenthèse, vous pourrez rajouter des catégories secondaires lorsque la fiche sera validée, nous le verrons dans un autre article.

À ce stade, comment définir la meilleure catégorie possible ? La méthode est simple, il faut voir ce que font les concurrents et pour cela, basez-vous sur les entreprises avec une activité similaire dans une autre ville. Dans notre cas, pour l’entreprise fictive « Manufacture Dijon », regardez dans d’autres villes comme Lyon, Annecy, Strasbourg, et regardez les entreprises les mieux référencées et leur catégorie.

Cela vous permettra de choisir la meilleure en cas de doute s’il existe plusieurs catégories proches.

Étape 5 : Ajouter un lieu que vos clients peuvent visiter, comme un magasin ou un bureau.

Il existe 2 types de visibilité, une visibilité sur une adresse définie et une visibilité sur un secteur. Ainsi, que définir ? Si vous recevez des clients dans un magasin, bureau, ou tout autre lieu physique, vous devez alors indiquer l’adresse. Dans le cas d’une activité ambulante, comme un taxi, vous devez indiquer une zone.

En effet, si vous êtes dans ce dernier cas, vous ne recevez pas de clients au siège social (qui peut être bien souvent un domicile), mais vous vous déplacez pour proposer vos services à vos clients. Dans tous les cas, vous devrez indiquer à l’étape suivante (en cas de local physique) ou lors de la validation (dans le cas d’une prestation sur zone) l’adresse de votre siège social.

La seule différence est la visibilité ou non de votre adresse sur Google Maps.

Étape 6 : Indiquer votre adresse (en cas le local physique)

Vous devez indiquer au mieux votre adresse, de façon la plus précise pour 2 raisons :

  • Afin de recevoir le courrier de validation (cela viendra plus tard)
  • Afin de coller avec les adresses enregistrées sur Google Maps, cela facilitera la reconnaissance de votre localisation et donc votre visibilité.

Petits conseils : n’hésitez pas à indiquer avec le maximum de détails votre adresse, le nom ou le numéro du bâtiment, le nom de la zone industrielle ou commerciale, etc.

Cette adresse doit être une véritable adresse et non une adresse « de confort », c’est-à-dire une adresse fictive uniquement indiquée pour une question de référencement. Les règles sont strictes, seules les véritables adresses (vérifiées via votre numéro SIREN) sont valides. En cas d’infraction, le couperet peut tomber et votre visibilité peut être supprimée.

Étape 7 : Les zones où vous proposez vos services sur Google Maps

Le cas échéant, Google vous propose d’indiquer les zones où vous proposer vos services en cas d’activité ambulante. Vous pouvez coupler cette fonctionnalité avec l’indication d’une adresse physique. Cela est le cas par exemple pour les praticiens (comme infirmière) qui peuvent avoir une activité dans un local, mais également une activité au domicile des patients. Dans ce cas présent, il est judicieux d’indiquer les zones desservies.

Comment indiquer les zones desservies ? Google préfère les entreprises avec une zone d’activité bien identifiée et pas trop gourmande (c’est-à-dire à l’échelle d’un département, région ou du pays entier). Ainsi, il est préférable d’indiquer un groupement de communes avec par exemple la commune principale (comme Dijon dans notre cas), les communes limitrophes (comme Ruffey-lès-Echirey, Sennecey-lès-Dijon ou Chenôve), ou bien une communauté d’agglomération comme Dijon Métropole.

Petit conseil ; pour éviter les communes avec des homonymes, indiquer le nom de la commune bien orthographié suivi d’une virgule et du nom du département.

Étape 8 : Les coordonnées à partager avec vos clients

Dans cette nouvelle étape, vous devez indiquer votre numéro de téléphone et le site Internet, le cas échéant. Pour le numéro de téléphone, encore une fois, il est préférable par cohérence de mettre le même numéro de téléphone que sur les autres supports.

Grâce aux algorithmes de Google, le moteur de recherche fera le rapprochement avec les différents supports sur Internet, et ce qu’elle que soit la façon dont est écrit votre numéro de téléphone (c’est-à-dire avec des espaces, des points entre les numéros, ou bien avec l’indicatif ou nom du pays).

Pour le site Internet, indiquez le nom précis avec http/https et avec www le cas échéant.

Étape 9 : Finaliser la création de la fiche Google my Business

Une fois que toutes les étapes ont été réalisées, vous devez terminer la création et demander la validation auprès de Google. Pour ce faire, Google peut ou non vous proposer plusieurs modes de validation comme recevoir un sms de conformation via le numéro de téléphone indiqué, ou bien recevoir un courrier à l’adresse physique. Actuellement les validations par téléphone portable deviennent de plus en plus rares, car Google veut s’assurer que les informations sont correctes et que l’adresse ne soit pas fantaisiste. C’est pour cela qu’il est plus que probable que vous receviez un courrier physique à titre de validation. Dans ce cas, quelques bonnes pratiques sont à respecter :

  • Le nom de votre entreprise doit être indiqué sur la boite aux lettres pour que le facteur vous dépose bien le courrier avec le code de validation
  • Par sécurité, vous pouvez également indiquer le nom du responsable ou bien de la personne qui recevra le courrier. Cela permettra de vous assurer de la bonne réception.

Le délai de réception variable. C’est pour cela qu’en France métropole, le courrier peut être reçu dans un délai de 3 à jour. Par contre, pour la Belgique et la Suisse, le délai moyen de réception est de 10 à 15 jours. Enfin, dans les DOM-TOM, ce délai peut être rallongé de 15 jours à plusieurs mois selon les localités. Le délai dépend du temps de traitement dans les services de Google, puis du temps de traitement dans le centre de tri, puis du temps d’envoi vers la zone destination et enfin le traitement local entre le centre de tri et le passage du facteur à votre local. Il faut parfois s’armer de patience.

Il existe d’autres modes de validation :

  • Si vous ne recevez pas le courrier de Google, ce qui peut arriver dans certaines circonstances, mais rarement en France métropolitaine, vous devez alors contacter l’équipe de Google et demander une validation manuelle. En général, votre interlocuteur vous demandera une photo de votre établissement et un extrait Kbis pour confirmer la véracité de votre entreprise et que vous êtes bien le propriétaire (ou alors le gestionnaire)
  • Lorsque vous créez un site Internet, avec les mentions légales bien remplies avec l’adresse physique, et que le site Internet est référencé via la Google Search Console, il est possible d’avoir une validation automatique. Dans ce cas, Google va croiser les informations sur Internet, les vérifier, constater que vous gérez le site Internet lié à l’activité, que le numéro de téléphone est correct, et si tous les voyants sont au vert, Google va valider de suite cette nouvelle fiche.

Étape 10 : Informations complémentaires et fiche en attente de validation

Après avoir demandé la validation de la création de votre fiche activité, vous devez indiquer :

  • Vos horaires : toujours dans un souci de cohérences, il est important d’indiquer les mêmes horaires que sur votre site Internet et sur les différents supports numériques. En effet, Google veut des données fiables et à jour. La force de Google est d’indiquer des données les plus correctes possibles pour les utilisateurs, en échange, Google vous donnera plus de crédit et votre référencement s’en fera ressentir.
  • Une description : vous pouvez d’ores et déjà écrire un texte succinct et synthétique de votre activité. C’est un exercice libre et donc cela demande une certaine application, car chaque mot compte. Dans ce descriptif vous devez indiquer toutes les informations générales pour répondre à la problématique des utilisateurs.

Une fois toutes ces étapes passées, vous pouvez accéder à la fiche Google my Business et les différents paramétrages. Nous vous conseillons de ne pas intervenir à ce stade et d’attendre sagement le courrier. En effet, si vous touchez à certains paramètres, en particulier les paramètres clés comme le nom et la catégorie, il se peut que Google demande une nouvelle validation par courrier et de ce fait vous perdrez du temps.

Synthèse : La Cohérence & répondre à la problématique des utilisateurs

Toutes les informations que vous donnerez doivent être tournées vers l’expérience utilisateur. Vous devez vous mettre à la place du prospect et vous demandez ce qu’il recherche. Google considère qu’une entreprise doit répondre à un besoin, une problématique particulière. Ainsi, il classera les entreprises sur son moteur de recherche en fonction de la pertinence entre la demande et l’offre.

Enfin, toutes les informations doivent être cohérentes, du début à la fin. Chaque entreprise fait partie d’un écosystème avec des informations transversales. Plus les informations sont cohérentes entre les différents supports, plus Google vous considèrera comme fiable et digne d’être mis en avant.